Partager sur email
Partager sur linkedin

Le sport pour tous, un enjeu qui va bien au-delà des Jeux Paralympiques

Réservés aux athlètes atteints de handicap physique, visuel ou mental, les Jeux paralympiques sont organisés, depuis les JO de Séoul en 1988 dans la ville qui accueille les JO. 

Du 28 août au 8 septembre 2024, à l’occasion des Jeux paralympiques, Paris accueillera pour la 1ère fois :

  • 350 000 visiteurs en situation de handicap
  • 4 400 athlètes, 
  • 549 épreuves
  • 22 sports
  • 23 disciplines

 

Leur origine remonte à 1948, lorsque Ludwig Guttmann, médecin anglais, eut l’idée d’organiser dès 1948 sur le terrain de son hôpital les premiers « Jeux mondiaux des chaises-roulantes et des amputés ». Ils étaient déjà destinés à réhabiliter par la pratique physique des victimes et anciens combattants de la Seconde Guerre mondiale devenus paraplégiques… Une idée qui a fait ses preuves et dont le multiple champion Michaël Jeremiasz est un porte-parole engagé. 

Michaël fait partie, depuis 2018, de la commission des athlètes, une instance de dix-huit sportifs présidée par Martin Fourcade qui travaille à la préparation des Jeux olympiques et paralympiques de 2024.

Pour Handivoice, il nous présente l’événement et ses impacts attendus. Comme vous pourrez le constater, l’enjeu des Jeux Paralympiques dépasse largement la seule organisation de compétitions sportives au retentissement planétaire. 

En tant que Chef de Mission auprès de l’équipe de France paralympique, mon rôle est d’accompagner les fédérations et les athlètes, afin qu’ils vivent les jeux dans les meilleures conditions. Depuis de nombreuses années, je milite également pour une meilleure prise en compte du handicap dans la société, notamment auprès des pouvoirs publics. Paris 2024 est une opportunité unique de mettre en lumière le sport paralympique et ses champions. Pour la première fois de l’histoire, l’intégralité des épreuves seront retransmises sur les chaînes de France TV. Les lecteurs de Handivoice vont découvrir d’incroyables champions.

 

Le sport, un enjeu de santé publique 

Que l’on soit handicapé ou non, que l’on ait connu un accident de la vie ou non, il est aujourd’hui prouvé que la pratique sportive est un facteur de bien-être, de confiance en soi, de prévention des risques cardio-vasculaires… Quel que soit son niveau, le sport permet d’améliorer et de préserver sa santé physique. Il doit donc être accessible à tous. Qui plus est, sur un terrain de sport, les différences qui cristallisent la société aujourd’hui sont quasiment effacées. Chacun joue avec les mêmes règles ; le sport est un réducteur d’inégalités et, dans bien des cas, un ascenseur social. Or, force est de constater que la pratique sportive, pour des personnes handicapées, est souvent jonchée d’obstacles : transports en communs et clubs peu accessibles ; clubs insuffisamment nombreux, formateurs et personnel des clubs peu ou pas formés… Il y a énormément à faire pour rendre la pratique sportive accessible à tous et, à terme, faire émerger nos futurs champions paralympiques. 

 

Paris 2024, accélérateur d’inclusion

> Des transports et des structures d’accueil plus accessibles

accessibilité augmentée à paris

Permettre à tous les athlètes de participer et à tous les publics d’assister aux épreuves est un enjeu qui dépasse la seule organisation des JO. L’organisation des Jeux Paralympiques est une formidable opportunité de rendre la cité plus accessible, pour le bénéfice des personnes handicapées, bien sûr, mais également des personnes âgées ou de celles connaissant des problèmes de mobilité temporaires.

 

Après les JO, Paris sera bien plus accessible. A titre d’exemple :

  • 1 000 taxis accessibles aux personnes en fauteuil roulant seront déployés à l’occasion des JO
  • toutes les nouvelles lignes de transport sont accessibles aux personnes handicapées
  • 8 cabines de change sont installées à l’aéroport de Roissy pour les personnes en fauteuil électrique
  • 80 gares sont mises en accessibilité
  • les stades seront rendus accessibles grâce au déploiement d’une application de guidage universel depuis les transports en commun, de casques basse vision pour les spectateurs malvoyants, de tribunes adaptées… 
  • les approches des sites seront rendus plus accessibles : Il s’agit principalement de réparer les chaussées endommagées ou non fonctionnelles, et de rendre les traversées de routes plus sûres : abaissement des trottoirs, pose/refonte des bandes d’éveil à vigilance, bandes de guidage, sonorisation des feux de circulation, désencombrement des cheminements, reprise des défauts de la chaussée.
  • 300 M€ sont investis pour améliorer l’accessibilité des commerces… 

 

> Des clubs plus nombreux et plus accessibles aux personnes handicapées

La pratique du sport par les personnes handicapées progresse, mais très lentement. Aujourd’hui, moins de 2 % des clubs de sport sont accessibles aux personnes handicapées. C’est largement insuffisant. Les JOP vont évidemment donner un coup de projecteur sur le parasport. 3000 clubs supplémentaires seront accessibles aux personnes handicapées ; davantage de professeurs seront formés. A ce propos, il est important de préciser que les éducateurs ne peuvent pas connaître toutes les formes de handicap. Il appartient aux personnes handicapées de bien expliquer leurs contraintes, leurs éventuels moyens de compensation et aux professeurs de faire preuve d’écoute et de flexibilité.

 

> Des parasportifs à suivre

Parmi les meilleures chances de médailles françaises, j’encourage notamment les abonnés de HandiVoice à suivre les exploits de : 

  • Alexis Hanquinquant  en triathlon
  • Alexandre Leaute  et Marie Patouillet en cyclisme
  • Alex Portal et Ugo Didier en natation
  • Nantenin Keïta en athlétisme (100m, 200m, 400m)
  • L’équipe de basket fauteuil, qualifiée pour les JO pour la 1ère fois depuis 20 ans ! 
  • L’équipe de rugby fauteuil qui détient une véritable chance de médaille… et pourquoi pas en or. 

 

Ce ne sont là que quelques-uns des athlètes tricolores en compétition… Je souhaite évidemment que les bleus décrochent un maximum de médailles et que tous les lecteurs de Handivoice prennent autant de plaisir que moi à suivre leurs exploits”.

 

Photo à la Une : shutterstock
Photo d’illustration : Mairie de Paris